Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

29 juillet 2018 7 29 /07 /juillet /2018 22:34

Un véritable bras de fer est engagé avec la nouvelle Direction qui s'est lancée dans une entreprise de démantèlement en règle de notre Institut, avec fermeture de services et externalisation d''activités, ayant pour corollaire une diminution du nombre de salariés. Dores et déjà, des dizaines de contrats CDD n'ont pas été renouvelés, la restructuration de l'hospitalisation a entraîné la suppression de 34 postes (IDE, Aide-soignant(e), ASH et plombier, électricien) et celle des accueils, admissions et standards, actuellement en cours, va avoir pour conséquence la disparition d'un certain nombre de postes. Quant aux assistantes médicales, la Direction souhaite supprimer une trentaine d'entre elles.

Or, comme la CGT s'oppose fermement à toute idée de plan social, la Direction use d'une stratégie perverse pour se débarrasser des personnels en CDI qui ne sont plus affectés du fait de la suppression de leur poste : charge de travail accrue, pressions de la hiérarchie, instauration d'un climat délétère créé à dessein pour dresser les salariés les uns contre les autres... afin qu'ils s'éliminent entre eux, et pour finir, qu'ils s'éliminent d'eux-mêmes !

La Direction met en avant un déficit structurel pour justifier ce plan social qui ne veut pas dire son nom. Nous savons qu'il ne s'agit là que d'une énorme manipulation afin de réduire le nombre de salariés, comme cela s'est fait dans d'autres CLCC pour certaines catégories et de nombreux établissements sanitaires en France ces dernières années.

 

Moins de salariés dans les Centres → Des salaires mirobolants pour leurs Directeurs ?

 

Un récent article paru dans le Canard Enchaîné fait état des salaires indécents dont bénéficient certains Directeurs de Centres comme celui de Strasbourg, qui perçoit plus de 300 000€ par an, (avec une garantie de 26 000 € net par mois, « à laquelle s'ajoute une confortable indemnité logement, car il a une famille et Strasbourg est une ville très chère ». Quant au patron de l'Institut Gustave-Roussy (Villejuif), « son salaire est inférieur à la somme évoquée (26 000€), mais il préfère ne pas en donner le montant, par rapport à l'interne, aux gens qui l'entourent », affirme la Direction au Canard Enchaîné. Une pudeur qui l'honore... Déjà, en 2015, la Cour des comptes avait divulgué le salaire record -545 000€ brut annuels- d'un ancien directeur de Curie. Le nouveau directeur émarge tout de même à 136 000€ brut annuel auxquels s'ajoute un logement de fonction pour un loyer maximal de 2 600€ !

Rappelons que depuis 2001 les médecins et les Directeurs des Centres ont été intégrés dans la convention collective avec une grille de salaire connue de tous, avec une échelle maximale de salaires bruts de 1 à 6,34. Soit pour un salarié nouvellement embauché de niveau B : 17 982€ et pour un directeur médecin spécialiste : 114 005€..

Des salaires tels que ceux dénoncés par le Canard Enchaîné, hors de tout contexte conventionnel, constituent un véritable scandale, alors que de leur côté, les salariés des Centres sont appelés à se serrer la ceinture depuis des années, et à travailler toujours plus en étant moins nombreux.

Nous ne pouvons accepter de tels détournements de la convention collective alors qu'on diminue petit à petit le nombre de salariés et que depuis des années les rémunérations de ceux qui restent sont gelés.

Un esprit malveillant ferait le lien entre la réduction des effectifs dans les centres et les cadeaux que l'ARS attribue à ses bons petits soldats.

Partager cet article
Repost0

commentaires