Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 00:11
 

A l'image de ce qui se produit dans les différents ministères, celui de la Santé s'est engagé dans la voie de la réduction d'effectifs et de la privatisation d'un certain nombre de secteurs faisant jusque-là partie intégrante des établissements hospitaliers.

 

Se conformant à cette demande de dérégulation, la Direction de l'Institut Bergonié procède par petites touches en utilisant des méthodes qui ne soulèvent pas trop de vagues, espérant avoir l'aval des syndicats existant sur le site.

 

 

Comme dans une véritable jungle, ce sont les plus faibles qui sont éliminés les premiers.

 

Ainsi, dans beaucoup de secteurs comme les archives, le magasin, l'entretien, les cuisines, le service général, l'hospitalisation (brancardiers, agents de service) ou le secrétariat, chaque fois qu'un salarié donne sa démission ou part à la retraite, il est souvent remplacé – au mieux – par un CDD, et son poste budgétisé est transféré dans les secteurs que la Direction souhaite protéger « pour l'instant »!

 

La situation précaire de ces salariés jetables à tout moment en fait des proies faciles à manipuler, avec à la clef une hypothétique embauche dans le fameux groupement d'employeurs dont nous connaissons à présent les conséquences néfastes pour l'avenir de notre établissement (voir le blogue).

 

La Direction n'attend plus que le feu vert des syndicats de Bergonié.

 

Au niveau national, le plus puissant d'entre eux, la CGT-Santé, demande que soient maintenus les postes budgétisés dans tous les secteurs cités ci-dessus et la mise en place des moyens humains nécessaires afin de mener à bien les missions dont ils relèvent. Ces embauches doivent se faire dans le cadre de la convention des centres et non sous d'autres formes.

 

 

 

 

 

C'est une erreur de privatiser (car c'est bien insidieusement de cela qu'il s'agit) le domaine de la Santé comme de l'Education, la Justice, la Défense ou encore la fourniture d'Energie et de l'Eau : la faillite des banques et de tout le système privé de financement est l'illustration la plus criante des dangers qu'implique une privatisation à outrance.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires