Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 13:34

 

 

MERCI A TOUS

 

 

Merci à tous ceux qui on répondu présent à notre appel à la grève du 19 mars.

Merci à tous ceux qui ont répondu présent et qui étaient astreints à rester sur leur poste de travail et enfin merci à ceux qui souhaitaient faire grève mais dont la situation financière ne leur permettait pas de venir grossir nos rangs.

C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles nous avons défilé en nombre dans les rues de Bordeaux ce jour-là en portant haut et fort notre revendication pour une augmentation des salaires.

En effet, il est scandaleux d'entendre dans les médias et de lire dans les journaux que des vagues de licenciements se succèdent sur notre territoire, jetant toujours plus de gens dans la misère, alors que dans la haute sphère du patronat et de nos dirigeants, on s'octroie des millions d'euro sous forme de bonus, de dividendes, de stock-options et autres privilèges. Nous avons écrit et lu un texte devant les grévistes le 19 mars précisant que Monsieur Sarkozy interpellait Madame Parisot (patronne du MEDEF) pour moraliser ces pratiques, alors qu'il suffisait d'édicter un décret pour l'interdire. Il semblerait que notre demande partagée par d'autres a fait son chemin, puisqu'il y en a un en préparation.

 

 

GROUPEMENT D'EMPLOYEURS ET LOI BACHELOT : UNE FORME INEDITE DE LICENCIEMENT

 

On peut légitimement se poser la question de ce que sous-tend la volonté affichée de notre direction d'imposer-sous couvert de lutte contre la précarité- le groupement d'employeurs, et ce malgré la réticence du personnel et de la CGT.

Cette volonté répond avant tout aux directives du traité de LISBONNE qui recommande aux différents pays européens de transcrire dans leurs lois internes la privatisation des services publics dont l'hôpital fait partie intégrante.(d'où la loi Bachelot). Le recours au groupement d'employeurs s'inscrit bien dans cette logique libérale, puisque qu'elle revient à transférer des emplois relevant du secteur public vers des structures privées à but lucratif . On peut dans ce cas précis parler d'un plan social d'une forme inédite, avec suppression de postes budgétisés, qui du secteur de l'Etat basculent dans le privé d'une manière constante jusqu'à leur épuisement complet.

Tant que certaines activités demeurent à l'Institut, on utilise le personnel existant, mais celui-ci va en s'amenuisant. Leurs postes seront petit à petit supprimés et dans des rares cas remplacés par le biais du groupement d'employeurs, que l'on soit médecin, infirmier, laborantin, manipulateur ou ouvrier.

Recourir au groupement d'employeurs c'est se débarrasser d'un personnel qui a montré jusque- là son attachement à la qualité du service public de santé en répondant aux exigences de qualité qui ont permis à l'Institut d'obtenir les meilleures certifications. Comment croire que du personnel employé au gré des besoins dans des établissements divers pourra répondre à cette demande nécessaire d'exigence? Qu'en sera-t-il alors du sentiment d'appartenance à notre établissement, de cette fierté d'oeuvrer collectivement à la cause commune de la lutte contre le cancer? Transférer une partie du personnel dans le giron du groupement d'employeurs, c'est détruire la cohésion qui unit tous ceux qui, de l'ASH au chirurgien, du secrétaire au technicien, ont à coeur de répondre aux besoins des malades.

 

REJOIGNEZ ET SOUTENEZ LA CGT BERGONIE DANS SON REFUS DE SIGNER

CET ACCORD DONT ELLE A SU COMPRENDRE ET ANALYSER LA PORTEE

POLITIQUE NEFASTE POUR LES PATIENTS ET LES SALARIES DE L'INSTITUT.

Adresse blog CGT: cgtbergonie.over-blog.fr 30MARS 2009

Partager cet article
Repost0

commentaires