Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 15:57

L'arrivée de Mr Sarkozy aux affaires a permis une augmentation du contingent d'heures supplémentaires ainsi qu'un « toiletttage » fiscal de leur utilisation.

 

Or, si le recours aux heures supplémentaires peut être justifié dans certains secteurs de production pour répondre aux fluctuations de la demande, il ne l'est absolument pas dans le secteur tertiaire. Il est même contreproductif lorsqu'il se substitue à la création d'emplois, dans une période où explose le nombre de chômeurs.

Prenons l'exemple de Bergonié. Ces derniers mois, le nombre d'heures supplémentaires y a progressé très fortement. Pour les salariés, le système a apparemment des avantages, puisqu'il répond à un désir d'augmenter leurs revenus. C'est le fameux « travailler plus pour gagner plus », cher au président de la République.

Mais si elles répondent à des besoins immédiats et bien réels, les heures supplémentaires sont bel et bien pour les salariés et en particulier pour ceux d'une structure comme Bergonié, un cadeau empoisonné.

Il faut savoir qu'elles échappent aux cotisations sociales. Effectuer des heures supplémentaires, c'est donc contribuer à affaiblir encore davantage les caisses de Sécurité Sociale -allocations familiales, retraites, maladie, assurance chômage.

Or, comment continuer à assurer un système de santé digne d'un pays comme la France si l'on ampute ainsi son financement?

Le fonctionnement de l'Institut repose sur l'attribution de fonds publics. Ceux-ci ne pourront être que réduits si les contributions sociales auxquelles tous -y compris les employeurs- doivent être soumis selon leurs moyens diminuent constamment.

Quel sera alors l'avenir des centres, notre avenir à tous et celui de nos enfants, si nous ne comprenons pas les conséquences de certaines mesures à priori séduisantes?

Nous devons en prendre conscience et refuser ce système pernicieux : recourir aux heures supplémentaires, c'est effectivement gagner un peu plus dans l'immédiat, mais au détriment des systèmes de protection collectifs dont nous avons tous besoin aujourd'hui et demain.

 

POUR DEFENDRE NOS DROITS, NOUS AVONS BESOIN D'UN SYNDICAT FORT. VOUS AVEZ DEJA ETE NOMBREUX A TEMOIGNER VOTRE CONFIANCE A LA CGT. CONTINUEZ A NOUS SOUTENIR EN NOUS REJOIGNANT ET EN NOUS FAISANT PARVENIR LES CHEQUES SYNDICAUX QUI VOUS ONT ETE REMIS.

 

NOUS COMPTONS SUR VOUS POUR LA MANIFESTION DU 1ER MAI : RENDEZ-VOUS SOUS LA BANIERE CGT SANTE POUR UN DEPART A 10H 30 PLACE DE LA REPUBLIQUE

Partager cet article
Repost0

commentaires