Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 15:11

Le 29 juin 2009 C'EST LA VIE La CGT serait-elle frappée par l'effet « Jeanne d'Arc »? C'est en tout cas ce qu'elle craint depuis qu'elle est la seule à entendre certaines « voix » apparemment inaudibles par d'autres organisations syndicales. Ce fut le cas le 11 mai dernier, lors de la dernière assemblée générale à laquelle étaient conviés tous les salariés qui le souhaitaient. La Direction y a bien déclaré, ce que d'aucuns semblent avoir oublié, et elle en premier, que le personnel en 7h 48 avait un « coût social » et que chaque réorganisation de service serait l'occasion de modifier les horaires afin que les salariés travaillent en 7h30, ce qui entraînerait de fait une perte de huit jours de RTT      ( propos figurant déjà dans le compte-rendu du Comité Exécutif Plénier du 14 avril 2009). D'où une inquiétude légitime chez ceux qui auraient pu, dans un avenir pas si lointain, faire les frais de telles « réorganisations ». Pour ceux présents à l'assemblée du 11 mai, la Direction ajoutait : « Tant pis, ce sera comme cela. C'est la vie ».                                                                                                                                      « C'est la vie »: voilà sans doute ce que l'on expliquait aux ouvriers du 19e siècle obligés de trimer70 heures par semaine. Ce que l'on disait aux enfants de huit ans envoyés pousser les charriots dans les mines. Mais voilà! Le sens de l'histoire fait que peu à peu les hommes se sont affranchis du travail sans fin, ont fait progressivement réduire leur temps de travail, ont gagné par leurs luttes des droits. Celui de travailler moins longtemps sur l'année en est un, qui n'a d'ailleurs pas été octroyé sans contrepartie. Vous aviez davantage de temps pour occuper votre vie à autre chose que travailler, mais cela « coûte cher », alors messieurs-mesdames, « c'est la vie » et il faut s'y faire. Nous ne rêvons pas, nous n'affabulons pas, et certains en ont été témoins, c'est bien ce que la Direction a affirmé le 11 mai dernier et que nous, CGT, avons entendu. Mais voilà que le 19 mai, lors de la réunion du CE, il n'était plus question de généraliser une mesure dont la Direction « ne voyait pas l'intérêt ».                                                                                                                                        Finies donc les « rumeurs », les « menaces qui n'existent pas », ainsi que certaines organisations syndicales se sont empressées de le clamer? Pas si sûr: pour nous, une telle contradiction dans les propos de la Direction, à huit jours d'intervalle, ne peut s'expliquer que par la réaction unanimement hostile du personnel de l'Institut à un passage en 7h30. Loin d'être une rumeur, l'objectif de la Direction est bien de revenir sur une organisation du temps de travail à laquelle le gouvernement et le Medef ont juré de s'attaquer, et son revirement est dû à la seule vigilance de la CGT et à l'opposition massive des salariés

Partager cet article
Repost0

commentaires