Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 21:11

L'été s'achève et la rentrée a déjà commencé. L'été synonyme de vacances...pas pour tout le monde. La difficulté de la vie et la précarité font que de moins en moins de gens peuvent prétendre à prendre de réelles vacances. Quant à partir... Ceux qui ont pu le faire n'ont pas tous pu profiter pleinement de ce temps synonyme de détente et de repos, indispensable pour « recharger les batteries ». Pour beaucoup, les interrogations concernant l'avenir de leur poste et celui de leur retraite sont venues ternir le ciel d'été. Le nombre de licenciements au prétexte de la « crise » a en effet explosé durant ces derniers mois, et le chômage n'a pas connu de trêve estivale, bien au contraire. Les prévisions concernant les mois à venir font toutes état d'une forte dégradation du marché du travail. Dans ce contexte qui ne peut porter à l'optimisme, les salariés de l'Institut sont eux-mêmes confrontés à de nombreux problèmes liés aux orientations prises par une Direction désireuse de rentabiliser « l' irrentabilisable », le faisant comme ailleurs en prenant le personnel comme variable d'ajustement. Nos dirigeants se voient fixer des objectifs allant à l'encontre des droits et du bien-être des salariés. Des mesures comme la perte de 8 jours de RTT ou encore la volonté de vouloir faire adhérer notre établissement à un Groupement d'employeurs ont suscité un rejet massif de la part des salariés. L'action de la CGT Bergonié, qui a su relayer ce front de refus, a rendu difficiles, voire impossibles, à atteindre les objectifs que s'était fixé la Direction. Peut-on y voir un lien avec le départ de notre RRH, Monsieur LEVENES, désavoué par ses propres supérieurs pour son incapacité à mener à bien sa « mission » consistant entre autre chose à casser l'accord portant sur les 35 heures et la réduction du temps de travail?...
C'est aussi grâce à notre action que l'objectif de notre Directeur Général de faire de Bergonié un laboratoire des mesures ultra-libérales prônées par Bruxelles et relayées par le gouvernement actuel, n'est toujours pas en passe d'aboutir. Nous nous opposons fermement au principe de Groupement d' Employeurs qui crée une brèche dans le statut actuel du personnel, brèche qui, si nous n'y prenons garde, s'agrandira ensuite jusqu'à engouffrer le reste des salariés. Notre Institut ne doit pas servir de vitrine à des dirigeants désirant afficher une image d' « efficacité » et de « modernité », en phase avec le courant libéral qui prévaut actuellement, malgré les gesticulations de ceux qui font semblant de vouloir y mettre un frein.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires