Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 08:15

La Direction de l'Hospitalisation et de l'Organisation des Soins (DHOS) prépare depuis plusieurs années des projets de décrets relatifs aux activités de médecine et de chirurgie dans les établissements de santé.

L'un de ces projets prévoit que l'obtention d'une autorisation de chirurgie sera conditionnée à un seuil d'activité minimal fixé à 1500 séjours par an avec acte classant opératoire. Le prétexte invoqué est que les établissements n'atteignant pas ce chiffre feraient courir des risques aux patients, alors que nous savons tous que ce projet ne répond qu'à une logique purement comptable de la gestion de la santé. On peut se demander fort légitimement si les risques encourus ne seront pas bien plus considérables pour les patients du fait de la fermeture de 182 unités de chirurgie en France, car il a été recensé pas moins de 182 établissements qui n'atteignent pas le chiffre fatidique de 1500 actes chirurgicaux par an! et parmi eux, 6 centres de lutte contre le cancer, en particulier ceux de Rennes et de Reims. Que deviendront ces centres et leur personnel si on leur retire l'autorisation de pratiquer des actes chirurgicaux?

La CGT Bergonié attire régulièrement l'attention de la Direction sur les risques que comporte l'externalisation dans un système de santé où toute activité semble désormais soumise à quotas.

L'exemple de la chirurgie doit nous alerter sur ce qui risque de se passer pour d'autres secteurs d'activités pour lesquels des seuils seraient décrétés, seuils en-dessous desquels l'activité en question étant jugée non rentable serait purement et simplement abandonnée.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires