Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 18:31

La très large mobilisation contre l'inscription obligatoire à l'Ordre National Infirmier et le paiement d'une cotisation pour pouvoir exercer, à laquelle vous avez massivement participé à l'Institut Bergonié en refusant de renvoyer votre dossier, a porté ses fruits.

Le bras de fer engagé contre les ordres professionnels, et notamment l'Ordre infirmier, a créé une brèche parmi les députés, y compris ceux de la majorité;

Mardi 2 février, les députés de la Commission des Affaires Sociales de l'Assemblée Nationale se sont prononcés en faveur d'une révision de la loi de décembre 2006 qui a créé l'Ordre infirmier.

Toujours à l'occasion du débat à l'Assemblée, trois députés UMP ont estimé qu'il fallait supprimer l'Ordre National Infirmier : « Nous n'aurions pas dû voter cette loi », « on peut vraiment s'interroger sur l'utilité d'un ordre infirmier », « il faut avoir le courage de revenir sur ce texte car il n'y a pas de honte à dire que nous nous sommes trompés », déclarent ces élus du peuple.

Nous ne pouvons que nous réjouir de constater que grâce à une mobilisation massive, soulevant les vraies questions posées par l'institution des ordres professionnels, des députés UMP jusque-là silencieux commencent à s'interroger sur l'utilité de cette structure.

Grâce au travail d'information mené par vos représentants sur le plan national, mais aussi par les membres de la CGT au sein de l'Institut Bergonié, vous avez compris les véritables enjeux des ordres professionnels qui vont bien au-delà du scandale du montant de la cotisation exigée -pour le moment!

Il n'est pas inutile de les rappeler:

Cette mesure revient à confier à des structures de droit privé (les ordres), des missions actuellement remplies par des structures publiques -Ddass, Drass- dont la loi HPST prévoit la disparition.

L'ordre est chargé de rédiger un code de déontologie que les professionnels devront signer , engageant ainsi leur responsabilité. L'expérience des ordres montre qu'ils font porter au seul individu la responsabilité des manquements à la déontologie et dégagent leurs employeurs de leur propre responsabilité, alors qu'ils ont pourtant une obligation de moyens pour permettre aux professionnels d'accomplir leur mission dans des conditions d'exercice satisfaisantes.

L'ordre offre aussi la possibilité de sortir les professionnels de leur statut de salarié et de leurs garanties en matière de salaire, de carrière et de formation continue, et de les faire exercer en mode libéral. A l'avenir, en effet, les infirmières libérales pourraient venir réaliser des actes dans les établissements hospitaliers. Elles seraient ainsi rémunérées à l'acte, au détriment de la prise en charge globale du patient. L'Ordre National Infirmier apparaît ainsi comme un outil pour accentuer les pressions sur les dépenses publiques de santé.

Vous avez si bien mesuré l'importance de ces enjeux que malgré les tentatives d'intimidation exercées par la hiérarchie, vous avez massivement refusé de renvoyer vos dossiers et votre adhésion.

Cet acte de résistance a payé, mais si nous avons gagné une bataille, nous n'avons pas encore gagné la guerre. Nous devons rester plus que jamais engagés pour l'abrogation des ordres professionnels, abrogation qui est aujourd'hui à notre portée.

La CGT Bergonié invite l'ensemble des personnels concernés, qui lui a accordé sa confiance dans l'action menée, à poursuivre et amplifier une mobilisation plus que jamais nécessaire. La Direction a reçu ordre de vous relancer à nouveau pour la campagne d'inscription, mais la résistance dont vous faites preuve massivement la met dans l'expectative. N'hésitez pas à contacter les représentants CGT pour toute information et « nouvelle du front »!

 

Partager cet article
Repost0

commentaires