Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 10:12

 

Ceux qui conserveraient encore quelques illusions sur l'avenir des Centres pourraient bel et bien les perdre en visionnant l'interview donnée par Monsieur Reiffers, Directeur de notre établissement (et accessoirement président des Centres Anticancéreux) sur BFM TV à l'occasion du lancement du troisième Plan Cancer. (http//www.bfmtv.com/video/bfmbusiness/sante-minteresse/grands-defis-troisième-plan-cancer)

 

Interrogé sur le contenu de ce plan, il évoque avec insistance la « révolution des modalités de prise en charge » de la maladie grâce à la mise au point de traitements « de mieux en mieux tolérés, pris de plus en plus à la maison », et qui permettent de vivre plus longtemps avec son cancer, en poursuivant même une activité professionnelle. Bref, presque une partie de plaisir !

Selon lui, la transition vers ces modalités de prise en charge ne nécessite pas vraiment une augmentation des moyens existants, mais leur « adaptation ».

Or, le financement actuel « privilégie la notion de séjour », alors que les activités ambulatoires sont « très mal financées ».

 

C'est donc dans un plaidoyer pour un financement qui « suive l'innovation », c'est-à-dire celui de l'Hospitalisation à domicile, que se lance celui qui est censé valoriser l'activité des Centres de Lutte contre le Cancer et les défendre : un comble !

Cela ne peut manquer d'interpeller tous les salariés qui, au sein de nos établissements, oeuvrent jour après jour afin d'offrir les meilleurs soins et assistent depuis des mois aux « tentatives de détricotage » du secteur hospitalisation.

 

Il est indéniable que des traitements moins invasifs, moins lourds, plus personnalisés, ont été mis au point ces dernières années, pour un plus grand confort des malades.

Mais il n'en reste pas moins vrai que très souvent encore, une hospitalisation est nécessaire pour que ces traitements soient administrés de façon correcte. Le maintien d'une structure hospitalière est indispensable pour faire face à l'accroissement du nombre de cas de cancers touchant une population vieillissante et/ou souffrant du développement des inégalités sociales dans notre pays.

De plus, nous ne sommes pas égaux devant la maladie ni devant les traitements, et tel patient pourra supporter sans trop de difficulté les effets secondaires d'une chimiothérapie ou d'une intervention médicale ou chirurgicale qui seront beaucoup moins bien tolérées par un autre.

 

Nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises les risques d'un développement d'une Hospitalisation à Domicile à outrance, tant sur le plan médical que psychologique, voire environnemental (un élément curieusement jamais évoqué, sur lequel nous reviendrons). Nous avons dénoncé le glissement d'une activité relevant intégralement du service public (les centres sont les seuls établissements où n'existe aucun secteur privé) vers le secteur privé.

 

Quel est l'objectif de Monsieur Reiffers ? « l'adaptation » des établissements qui deviendront des lieux « où on ne va plus séjourner, mais ne faire que passer ». Cela nécessitera bien entendu une réorganisation complète en interne : on connaît la chanson : réorganisation = restructuration = réduction des effectifs .

Salariés de Bergonié, salariés des Centres, vous pouvez commencer à vous demander quelle sera votre place dans des « établissements où les malades ne seront plus là » (sic!)

Partager cet article
Repost0

commentaires