Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 20:19

 

La direction a acheté à grands frais un logiciel destiné à Gérer le Temps de travail et les Activités de l'ensemble des salariés soumis au badgeage. Cette nouvelle GTA fait actuellement l'objet d'une expérimentation aux 3e et 6e étages et ressources humaines, où elle est utilisée en doublon avec l'ancien système de badgeage.

 

L'étude approfondie du cahier des charges de ce « progiciel », effectuée par les responsables de la CGT, met en lumière une attaque en règle contre les droits aux congés, aux jours de RTT, au CET et contre les salaires.

Sa mise en place constituerait une véritable atteinte à la liberté et à la vie privée de l'ensemble des salariés, et pourrait amener à une mise en danger des patients eux-mêmes.

Nous nous contenterons ici d'attirer votre attention sur sept points qui rendent ce projet inacceptable

 

  • 1) Le cahier des charges prévoit que parmi les données intégrées dans le logicien de gestion, figurent les coordonnées téléphoniques du salarié (afin que son supérieur hiérarchique puisse le contacter )

    Remarque : ceci constitue une atteinte à la vie privée du salarié qui peut se voir appelé à tout moment afin de pallier une éventuelle défection d'un collègue dans son service ou dans un autre service. Cette pratique de gestion du personnel (qui devient alors corvéable à merci) que nous avons déjà à plusieurs reprises dénoncée dans certains secteurs, serait donc généralisée à l'ensemble des salariés.

  • 2) Cette GTA stipule que le temps d'habillage et de déshabillage, est considéré comme du temps de travail effectif « pour le personnel de soin ». Les autres catégories se voient donc exclues de cette disposition, alors que certains métiers comme les cuisiniers, les plongeurs, les ouvriers le personnel d'entretien pour ne citer qu'eux, amenés à effectuer des travaux pénibles,salissants, doivent se doucher et se changer avant de quitter l'établissement.

    Remarque : du temps de présence obligatoire n'est plus pris en compte pour certains salariés, alors qu'il le demeure pour d'autres : on appelle cela de la discrimination !

     

  • 3) Le logiciel prévoit qu'un salarié peut être amené à travailler jusqu'à 48 heures par semaine et jusqu'à 44 heures par semaine pendant 12 semaines consécutives,

    Remarque : ces disposions dérogent aux règles qui régissent notre établissement puisqu'elles prévoient qu'un salarié peut travailler bien au-delà du temps de travail hebdomadaire en vigueur actuellement.et pourrait être amené à travailler 108 heures supplémentaires par trimestre sans qu'elles soient considérées comme telle.

 

  • 4) Le logiciel prévoit également que tout salarié pourra être amené à travailler jusqu'à l'équivalent d'une semaine supplémentaire annuellement sans que cela soit considéré comme des heures supplémentaires. Inversement, il pourra travailler jusqu'à une semaine en moins sur le volume annuel d'heures qu'il doit effectuer, ce qui l'obligera à les « rendre » soit en jours de congés soit en jours de RTT.

    Remarque : jours de congés et de RTT rognés, flexibilité accrue (salariés contraints de s'adapter constamment à l'activité de l'établissement), heures supplémentaires non payées en tant que telles, bref, une dégradation considérable des conditions de travail et des rémunérations.

 

  • 5) Aucun relevé papier des heures effectuées ne sera délivré au salarié, contrairement à ce qui se fait aujourd'hui.

    Remarque : ainsi disparaît le seul moyen dont disposent les salariés pour contester d'éventuelles erreurs -volontaires ou non- de la Direction en sa défaveur, comme cela est souvent le cas. Seule la version papier mensuelle qui existe aujourd'hui peut servir de preuve devant les tribunaux en cas de contestation.

 

De temps en temps, il convient d'écouter les Cassandre.

 

  • 6) Concernant le congé principal, deux nouveaux reculs pour les salariés : la période de prise de ce congé, actuellement prévue entre le 1er mai et le 31 octobre, passe du 1er juin au 30 septembre. Alors que le congé pouvait aller jusqu'à trois semaines consécutives, il ne serait plus que de deux semaines !

    Remarque : une réduction de l'amplitude et de la durée du congé principal qui ne manquera pas de gêner considérablement tous ceux qui privilégient la période estivale pour prendre leur congé, une période qui correspond également aux congés scolaires. Ceux qui, au contraire, préfèrent partir hors période estivale se verraient également pénalisés puisque l'amplitude dont ils pourront disposer passera de 6 à 4 mois.

 

  • 7) Jusque-là, les congés maladie, maternité, formation, les mi-temps thérapeutiques, les absences pour événements familiaux,etc ... étaient considérés comme du travail effectif et donnaient en tant que tel droit aux jours RTT et aux congés légaux identiques à ceux des salariés en activité. Avec le logiciel GTA, ces droits seront réduits, puisque par exemple pour le cas d'un congé maternité, seuls deux mois seront pris en compte au lieu de 4 pour les deux premiers enfants et de 6 pour le troisième enfant.

 

Cette liste est loin d'être exhaustive. L'adoption de ce logiciel de GTA n'est ni plus ni moins qu'une offensive qui ne dit pas son nom contre l'accord sur les 35 heures, les droits aux congés légaux et les rémunérations, et par conséquent le calcul des retraites.

La CGT s'insurge contre la mise en place d'un tel logiciel. Elle a réclamé qu'il fasse l'objet d'un accord d'entreprise qui sera discuté avant toute mise en place, comme il est de règle dans tout établissement.

Mais la Direction préfère passer en force pour éviter les interventions des responsables CGT.

 

Ceux-ci demandent au personnel du 3e et du 6e étage de n'utiliser que l'ancienne badgeuse, aucun accord d'entreprise n'ayant été signé concernant la nouvelle GTA. Ce personnel ne court légalement aucun risque à refuser de pointer sur la nouvelle machine.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires