Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 19:46

 

ORDRE INFIRMIER: APPEL AU BOYCOTT

 

5 octobre 2009

 

Hier les masseurs kinésithérapeutes et les podologues, aujourd'hui les infirmiers. Et demain... les manipulateurs, les aide-soignantes, les laborantins... pourquoi pas?

 

Devant le peu d'enthousiasme suscité par la création des Ordres Professionnels, voici aujourd'hui que la loi Bachelot prévoit l'adhésion automatique à ces nouveaux Ordres. Où est la liberté d'adhérer ou non à une structure et de choisir ceux qui représentent et défendent les intérêts des professionnels, comme le font depuis toujours les syndicats?

 

 

 

Le Conseil National de l'Ordre Infirmier (CNOI) a lancé le 1er septembre un appel à inscription et à cotisation obligatoire (75 € pour la période de mai 2010) pour 510 000 infirmier-ères. Vous avez donc reçu un dossier de 8 pages à cette fin, que beaucoup d'entre vous n'ont pas renvoyé dans l'attente d'informations concernant les enjeux d'une inscription qui devient ainsi automatique.

 

L'immense majorité des masseurs kinésithérapeutes, pédicures podologues et infirmiers refuse, comme les Organisations Syndicales, les Ordres Professionnels.

 

Début septembre, avec moins de 13 % de participation aux élections, ils ont manifesté le boycott de cette instance, aujourd'hui, ils refusent l'inscription et le paiement de la cotisation.

 

La CGT, ainsi que d'autres organisations syndicales,(à l'exclusion de la CGC), réunies en intersyndicale rappellent leur opposition ferme et sans condition à la mise en place de l'Ordre Infirmier.

 

De son côté, la CGT Bergonié propose aux salariés d'organiser collectivement, de manière la plus unitaire possible, le boycott de l'inscription et du paiement. Face à cette action contre un cadre légal, pouvant entraîner des conséquences pénales pour les professionnels, le nombre fera la force.

 

Les syndicats CGT vont mettre à profit la période de réception des courriers du CNOI pour accentuer la mobilisation, intensifier la campagne d'information sur les véritables enjeux des Ordres, consulter les professionnels pour décider d'actions locales et les coordonner aux niveaux départemental et national, afin qu'aucun ne se retrouve individuellement dans l'illégalité.

 

La CGT Bergonié sera auprès des salariés au moment où les lettres de relance pour paiement arriveront; il faudra organiser la solidarité en cas de poursuite. Rappelons que pour des faits similaires, quelques kinésithérapeutes tirés au sort ont été poursuivis, mais que la Justice n'a procédé à aucune condamnation.

 

La structure ordinale, voulue par le gouvernement, ne répond en aucun cas aux revendications des professionnels. Elle permet, au contraire, de mettre en place les réformes du système de santé, les transferts de compétences par modification du contenu des études médicales et paramédicales, sans revalorisation salariale, dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP).

 

Recourir à des structures privées pour la gestion de professions réglementées aujourd'hui par le code de la santé publique (80 % des infirmiers exercent dans la fonction publique hospitalière) et en faire les seuls interlocuteurs de ces professions de santé revient aussi à nier la place et le rôle des organisations syndicales.

 

Les personnels de santé n'ont pas besoin d'ordres mais de moyens pour remplir leurs missions, d'effectifs pour améliorer les conditions de travail et d'exercice, de salaires reconnaissant leurs qualifications et leurs responsabilités.

 

Il est nécessaire d'élargir la mobilisation pour obtenir l'abrogation des lois portant création des Ordres Professionnels.

 

 

 
 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 13:34

 

 

MERCI A TOUS

 

 

Merci à tous ceux qui on répondu présent à notre appel à la grève du 19 mars.

Merci à tous ceux qui ont répondu présent et qui étaient astreints à rester sur leur poste de travail et enfin merci à ceux qui souhaitaient faire grève mais dont la situation financière ne leur permettait pas de venir grossir nos rangs.

C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles nous avons défilé en nombre dans les rues de Bordeaux ce jour-là en portant haut et fort notre revendication pour une augmentation des salaires.

En effet, il est scandaleux d'entendre dans les médias et de lire dans les journaux que des vagues de licenciements se succèdent sur notre territoire, jetant toujours plus de gens dans la misère, alors que dans la haute sphère du patronat et de nos dirigeants, on s'octroie des millions d'euro sous forme de bonus, de dividendes, de stock-options et autres privilèges. Nous avons écrit et lu un texte devant les grévistes le 19 mars précisant que Monsieur Sarkozy interpellait Madame Parisot (patronne du MEDEF) pour moraliser ces pratiques, alors qu'il suffisait d'édicter un décret pour l'interdire. Il semblerait que notre demande partagée par d'autres a fait son chemin, puisqu'il y en a un en préparation.

 

 

GROUPEMENT D'EMPLOYEURS ET LOI BACHELOT : UNE FORME INEDITE DE LICENCIEMENT

 

On peut légitimement se poser la question de ce que sous-tend la volonté affichée de notre direction d'imposer-sous couvert de lutte contre la précarité- le groupement d'employeurs, et ce malgré la réticence du personnel et de la CGT.

Cette volonté répond avant tout aux directives du traité de LISBONNE qui recommande aux différents pays européens de transcrire dans leurs lois internes la privatisation des services publics dont l'hôpital fait partie intégrante.(d'où la loi Bachelot). Le recours au groupement d'employeurs s'inscrit bien dans cette logique libérale, puisque qu'elle revient à transférer des emplois relevant du secteur public vers des structures privées à but lucratif . On peut dans ce cas précis parler d'un plan social d'une forme inédite, avec suppression de postes budgétisés, qui du secteur de l'Etat basculent dans le privé d'une manière constante jusqu'à leur épuisement complet.

Tant que certaines activités demeurent à l'Institut, on utilise le personnel existant, mais celui-ci va en s'amenuisant. Leurs postes seront petit à petit supprimés et dans des rares cas remplacés par le biais du groupement d'employeurs, que l'on soit médecin, infirmier, laborantin, manipulateur ou ouvrier.

Recourir au groupement d'employeurs c'est se débarrasser d'un personnel qui a montré jusque- là son attachement à la qualité du service public de santé en répondant aux exigences de qualité qui ont permis à l'Institut d'obtenir les meilleures certifications. Comment croire que du personnel employé au gré des besoins dans des établissements divers pourra répondre à cette demande nécessaire d'exigence? Qu'en sera-t-il alors du sentiment d'appartenance à notre établissement, de cette fierté d'oeuvrer collectivement à la cause commune de la lutte contre le cancer? Transférer une partie du personnel dans le giron du groupement d'employeurs, c'est détruire la cohésion qui unit tous ceux qui, de l'ASH au chirurgien, du secrétaire au technicien, ont à coeur de répondre aux besoins des malades.

 

REJOIGNEZ ET SOUTENEZ LA CGT BERGONIE DANS SON REFUS DE SIGNER

CET ACCORD DONT ELLE A SU COMPRENDRE ET ANALYSER LA PORTEE

POLITIQUE NEFASTE POUR LES PATIENTS ET LES SALARIES DE L'INSTITUT.

Adresse blog CGT: cgtbergonie.over-blog.fr 30MARS 2009

Partager cet article
Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 09:04

 

APPEL DE LA CGT BERGONIE

POUR LA GREVE DU 19 MARS!

 

La CGT Bergonié appelle tous les salariés de l'Institut à se mobiliser le 19 mars pour défendre la mission de notre hôpital et nos emplois. En effet, la loi de Roselyne Bachelot, débattue actuellement à l'Assemblée Nationale, instaure de nouvelles règles pour achever de transférer l'activité de l'Institut et des hôpitaux publics vers le secteur privé lucratif.

 

La Direction a déjà devancé cette politique puisqu'elle a offert 40 % dans l'activité IRM et 40 % dans la TEP à des établissements privés. Nous avons déjà perdu la stérilisation, la chirurgie ORL, l'entretien de certains bâtiments, la maintenance de la stérilisation et du chauffage etc...

 

Demain, nous allons perdre des activités encore plus importantes!

Pour mener à bien cette politique sur le plan national, Roselyne Bachelot remplace l'Agence Régionale d'Hospitalisation par l'Agence Régionale de Santé. L'objectif de l'ARH sous couvert de restructurer le système de santé, était d' étrangler les hôpitaux en offrant davantage de moyens au secteur privé. C'est ainsi que nous constatons la prospérité toujours croissante dans notre département de cliniques privées comme Bordeaux Nord, St Martin, St Augustin, au détriment des hôpitaux publics comme Haut Lévèque, Pellegrin, St André, Robert Boulin (Libourne) ...

 

La nouvelle structure, l'ARS, accélèrera le démantèlement du service public de santé.

Bergonié se verra ainsi amputé d' une enveloppe de 1,2 million d'euros d'après les dires de la Direction.

Pour enfoncer le clou, Roselyne Bachelot a carrément positionné dans son projet la médecine libérale au centre du parcours du patient. Imaginez les conséquences matérielles que cela occasionnera pour les malades, entre les dépassements d'honoraires et les frais des mutuelles complémentaires! (les augmentations avoisineront 12 % l'année prochaine). Avec la T2A (tarification à l'acte), les caisses de la Sécurité Sociale seront encore plus sollicitées qu'auparavant.

 

Si cette politique aboutit, les conséquences de ces mesures seront très lourdes sur les salariés de l'Institut !

Pour cette raison, la CGT Bergonié lance un appel : venez grossir les rangs de tous ceux qui le 19 mars, iront défendre les services publics, mais aussi les emplois et les salaires .

Nous invitons ceux qui seront en repos ce jour-là à nous rejoindre pour témoigner de leur solidarité .

 

Il en va de l'avenir de tous !

 

Jeudi 19 mars 2009

Rassemblement à 13h00

Quai Louis XVIII

( Face place des Quinconces )

 

 

Rendez-vous sur le parking Marly devant le CE à 12h30

 

 

 

 

GROUPEMENT

D'EMPLOYEURS (suite)

 

La CGT Bergonié précise bien que la Direction propose pour 2009 la titularisation d'infirmiers et de manipulateurs à hauteur de 14,25 postes équivalents temps plein;

 

Le côté discriminatoire de cette proposition, c'est qu'il existe sur le site plus de 35 autres personnes en CDD qui travaillent de façon permanente et que la Direction refuse de titulariser parce qu'elles appartiennent au secteur logistique comme les archives, le magasin central, le service général etc...(cf le journal du 10/03/09)

 

Il n'est pas acceptable de sacrifier ces catégories socioprofessionnelles en les jetant dans le groupement d'employeurs. De plus, il est bien stipulé dans l'accord que d' autres qualifications rentreront progressivement dans ce même accord. Nous devons nous unir, toutes catégories socio-professionnelles confondues, pour combattre cette proposition car nous serons tous, à terme, concernés.

 

C'est pourquoi la CGT refuse en bloc le principe même du Groupement d'employeurs. Pour résorber la précarité, qui n'est pas une fatalité mais l'émanation d'une volonté politique de notre Direction, il faut titulariser tout le personnel actuellement en CDD à Bergonié et ce dans le cadre de la convention des Centres de Lutte Contre le Cancer de 1999.

 

 

 

 

 

REVALORISATIONS SALARIALES

 

 

 

Une partie des salariés de l'Institut a perdu plus de 12% de son pouvoir d'achat depuis huit ans.

 

Cette situation est tellement intenable que beaucoup de nos salariés pourtant titulaires se trouvent dans des difficultés financières insupportables. Cela est particulièrement vrai pour les bas salaires. Malgré les efforts consentis par l'ensemble du personnel pour atteindre l'objectif du plan efficience fixé par la Direction, aucune prime, ni à fortiori d'augmentation de salaire, ne leur a été accordée.

 

Nous demandons à la Direction, en sa qualité de membre de la Fédération des CLCC, de faire remonter les revendications du personnel de l'Institut Bergonié en matière de salaires.

Partager cet article
Repost0