Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 20:02

Depuis 2010, la CGT demande à la Direction de supprimer le niveau B qui concerne actuellement les ASH bloc, hospitalisation et imagerie, le personnel de plonge, de l'accueil consultations, le personnel d'entretien, les coursiers et livreurs et bien d'autres, et de passer ce personnel en C, et de décaler par conséquent toutes les autres catégories d'un cran vers le haut. Nombre de ses journaux se font l'écho de cette revendication, relayée par ses représentants lors des diverses réunions de négociation.

En effet, les personnels relevant du niveau B ont perdu une part non négligeable de leur pouvoir d'achat depuis 1999, puisque les 22 % de salaire supplémentaire qu'ils touchaient à cette époque par rapport au SMIC ont peu à peu fondu, et que le différentiel avec le salaire minimum actuel n'est plus que de 2€ !

Rappelons qu'aucun de ces salariés n'a jamais bénéficié de la VAP2, même ceux qui ont quarante ans de maison, et qu'ils n'ont obtenu la VAP1 qu'en 2008, alors que les autres catégories en bénéficiaient depuis 2002 !

Par ailleurs, la majorité de ces salariés s'est vu modifier ses roulements, ce qui a occasionné pour certains jusqu'à 1600€ de perte de salaire par an, et une détérioration de leurs conditions de travail et de leur vie personnelle !

Enfin, beaucoup se sont vu attribuer des tâches qui ne relevaient pas de leur fiche de fonction. alors que l'activité ne faisait que croître !

La CGT se réjouit par conséquent, que répondant enfin à ses demandes réitérées, la Direction accepte de revoir la position des coursiers et des livreurs. Elle espère que cela ne constitue que le début d'un vaste mouvement qui touchera tous les salariés actuellement en B, ainsi qu'elle l'a demandé encore une fois à la Direction qui s'est engagée à donner une réponse d'ici le 1er décembre pour les ASH.

Une réponse favorable permettrait d'engager une réflexion sur le repositionnement de l'ensemble des salariés de l'Institut dans des grilles correspondant réellement à leurs qualifications.

Partager cet article
Repost0

commentaires