Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 04:11

 

« Stupéfactive », « déconcertiste », « étonnementale », ... les commentateurs manquent de néologismes pour qualifier l'« intervention » du délégué CFE-CGC lors de la dernière réunion des délégués du personnel

 

 

 

Charles10 

Avant même que nous ayons commencé à débattre des questions à l'ordre du jour, celui-ci a demandé à la Directionde faire pression sur nos délégués afin que cesse la parution du journal de la C.G.T Bergonié !

 

 Outre le fait que cette intervention était passablement hors sujet dans une instance censée régler les problèmes rencontrés par certains salariés, elle ne fit que trop bien démontrer de quel côté la CFE-CGC a désormais décidé de se ranger : celui d'une cogestion sans le moindre état d'âme avec la Direction pour appliquer les restructur ations induites par la loi Hôpital Patients Santé Territoires, et voulues par Monsieur Notre Directeur.

 

Car comment expliquer autrement une conception si particulière du dialogue social et de la liberté de la presse, que par la volonté de vouloir faire appliquer - sans délais et en muselant toute opposition - certains accords d'entreprise (réorganisation du temps de travail, GPEC, groupement d'employeurs) que nous combattons ici ?

 

 

Forte de sa représentativité en termes de voix près de deux fois et demie plus importante à l'Institut que la CFE-CGC, la C.G.T Bergonié s'indigne de cette désobligeante intervention qui, dans un pays de tradition démocratique, ressortit plus de l'esprit des Ordonnances de Charles X1 que du respect de nos principes républicains !

 

 

 

1http://www.franceculture.com/2010-07-26-les-quot-trois-glorieuses-quot-ou-la-republique-confisquee.html

Partager cet article
Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 19:44

 

Depuis plus d'un an, la CGT BERGONIE s'est engagée auprès de tous les salariés de l'Institut à les tenir informés de leurs droits, des négociations en cours, de certains événements d'importance sur le plan local et national.

Pour cela, nous avons édité en moyenne deux journaux par mois, dont tous les articles sont consultables sur le blog de la CGT Bergonié.

Notre travail a été mené au service de tous sans exception.

Afin de soutenir notre action et nous donner encore davantage de force, nous sollicitons vos suffrages lors des prochaines élections professionnelles du 6 mai prochain.

 

Nous signalons que pour la première fois, tous les salariés ont reçu par courrier le matériel de vote. En cas d'absence à l'Institut le jour du vote, ils peuvent donc voter par correspondance. Dans le cas contraire, ils pourront le faire en salle de conférence de 8 heures à 15 heures.

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 21:24

 

Les chèques syndicaux pour l'année 2010 vont vous être adressés prochainement. Nous vous demandons de nous renouveler votre confiance, en les remettant à nos représentants figurant sur les listes CGT ou en les déposant dans la boîte de la CGT dans le couloir menant au CE. Ces chèques nous permettront de faire face aux frais que notre action en justice va occasionner.

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 18:27

Comme nous l'avions annoncé dans notre précédent journal, et ainsi que l'ont souhaité la majorité de nos adhérents, nous exerçons notre droit de réponse à la « lettre ouverte à la CGT Bergonié ». Quelques explications qui, nous l'espérons, clarifieront les points soulevés par nos amis de FO.

 

1er point : le refus de la CGT de faire une liste commune pour la reconduction de l’équipe CE

En Novembre FO et la CFE/CGC ont proposé à la CGT un accord préalable reconduisant l’équipe CE en place en soulignant que cette proposition leur semblait équitable puisque cela maintenait 33% de représentativité à chaque syndicat (disaient-ils) . Or, dans la composition de l’équipe à ce moment-là, il n’y avait qu'une représentante CGT (correspondant de fait à un pourcentage de 16%). La CGT était prête à accepter cette reconduction de l’équipe CE mais en contrepartie revendiquait 50% d'une manière fictive (uniquement sur papier, ce que permet la loi sur la représentativité d'août 2008), seul moyen de s'opposer à un accord qu'elle estimerait néfaste pour les salariés, comme celui concernant le Groupement d'Employeurs ou celui permettant à la Direction de supprimer huit jours de RTT. Car depuis que la section SUD a « basculé » dans le giron de FO, nous avons pu remarquer la surprenante convergence de vues qui existe désormais entre la CFE-CGC et FO, qui vont d'ailleurs toujours dans le sens voulu par la Direction, d'où l'importance d'une force d'opposition que seule la CGT Bergonié paraît aujourd'hui en mesure d'incarner, et donc notre demande de 50% « fictifs ».

Notre proposition n'a pas été acceptée par FO et la CFE/CGC.

 

Or, depuis la semaine dernière, il semblerait qu'un compromis soit envisagé entre les trois syndicats. La CGT a proposé de définir des modalités qui permettraient de reconduire une liste commune, mais en garantissant que dorénavant tout accord ferait l'objet d'un consensus afin d'adopter une position commune vis à vis de la Direction.

 

2eme point : la dénonciation des 3 derniers accords par la CGT

.

FO reproche à la CGT la dénonciation des derniers accords. Notamment de l’accord GPEC, texte que leurs adhérents après étude ont unanimement approuvé, considérant qu’il apporte des droits NOUVEAUX  aux salariés.

DIF – VAE – CIF - Entretien individuel de carrière etc...

Tous ces points existent déjà et font partie de la Convention, de la loi portant sur la formation professionnelle datant de 2004, ainsi que d’un accord fédéral de juin2009.

Tous ces points ne sont donc absolument pas NOUVEAUX !!

 

Eux-mêmes soulignent dans leur tract qu’au niveau de la gestion de carrière prévu dans l’accord « Nous souhaitons que le débordement de tâche qui tend à devenir une pratique courante soit éliminé. L’accord sur ce sujet n’offre pas de garantie » 

Pourquoi n’ont-ils pas négocié ce point et ont-ils signé l' accord tel quel?

Toujours en ce qui concerne cet accord, FO accuse la CGT « d’ opposer des risques délirants » (sic!), par exemple les suppressions d’emplois aux archives.

Est-ce délirant quand on relit les paroles de Mr le Directeur Adjoint lors du CE de janvier 2009 (page2)?

 

 

« le dossier patient informatisé a été privilégié et par conséquent, la traçabilité du dossier « papier » est devenue accessoire. Ce diagnostic ne met personne en cause mais nécessite une réflexion sur le rôle et les missions du service d’archives qui est, majoritairement, recentré sur une prestation de gestion des dossiers pour l’activité de consultations. »

 

Compte-rendu du CE, octobre 2009

Le Délégué Syndical (CGT) rappelle que lors du choix par la Direction du logiciel PACS pour l’imagerie, son syndicat avait soulevé la même inquiétude et la Direction avait assuré que cela allait améliorer les archives : or, ce service a perdu deux postes et le 14 septembre dernier, la Direction s’est interrogée sur la nécessité de maintenir la présence du personnel de ce service.

 

 

3e point : titularisations récentes et rôle joué par la CGT

 

D’après FO « comble d’ironie, la CGT s’attribue la titularisation de nombreux salariés ».

FO n'hésite pas à prétendre que ces titularisations ont été effectuées grâce à l'accord sur le groupement d'employeurs. Or, qui d'autre que la CGT s’est effectivement battue pour la titularisation de plusieurs salariés dans divers secteurs et notamment aux archives? Des preuves :

 

compte-rendu du CE, septembre 2009 :

Le Représentant Syndical (CGT, ndlr) ) ajoute qu’il ne faut pas associer la titularisation récente de certains personnels puisqu’on a démontré, au printemps dernier, qu’il y avait plus d’une trentaine de personnes qui travaillaient en CDD pendant plusieurs mois, voire plusieurs années et qui, de droit, devaient être titularisées. Il ne voit pas pourquoi la Direction associe cet état de fait à l’accord concernant la résorption de la précarité.(c'est-à-dire le groupement d'employeurs, ndlr)

 

Le journal CGT du 19 mars fait aussi foi des préoccupations et de l’engagement de la CGT en matière de titularisation.

Nous avons bien d'autres exemples, trop nombreux pour que nous les publiions tous, et que nous tenons à la disposition des salariés qui souhaiteraient les consulter.

 

4e point : accord GPEC

A propos de l'accord GPEC, devant le refus de la direction de négocier les points importants et jugés dangereux pour les salariés de l'Institut et l’orientation future de l’application de cet accord, la CGT a exprimé son désaccord sur le fond.

Discuter et négocier l’application des DIF, VAE, CIF etc... déjà existants ne nous a pas semblé pertinent ni relever d’une négociation ou d’un accord. Et laisser en l’état des points « dangereux » ne nous a pas laissé d’autre choix que de nous opposer à cet accord.

Notre but n’a jamais été de terroriser les salariés mais simplement de les informer et parfois les informations sont « terrorisantes ». Ainsi par exemple, quand nous relayons les paroles du Directeur qui envisage de baisser les dépenses liées au personnel, nous ne faisons que de l’information:

 

(compte-rendu du CE, juillet 2007)

« Le Directeur Général souligne que la première solution envisagée pour contrer le déséquilibre constaté est d’augmenter les recettes pour couvrir les dépenses. L’autre solution non encore envisagée serait de diminuer les dépenses sachant que le plus efficace, économiquement parlant, serait de diminuer les dépenses de personnel qui représentent 60 % des dépenses, ou retarder des dépenses d’investissement. »

 

Nous nous sommes engagés depuis un an, à vous informer des projets qui concernent l'Institut et l'avenir de vos emplois, projets qui se situent dans un contexte plus général d'une politique de santé impliquant des réductions de personnel dans les hôpitaux et les structures comme la nôtre. En cela, nous pensons accomplir la mission que les salariés nous ont confiée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 19:57

 

suite à la « lettre ouverte » de nos amis de FO, nous ne manquerons pas d'exercer notre droit de réponse lors d'une prochaine parution. Conscients que ce genre de pratiques ne peut que faire le jeu de la Direction, nous préférons quant à nous, vu l'urgence et l'importance des enjeux actuels, leur réserver notre énergie et notre temps.

 

Au moment où l'on s'apprête à supprimer 3 500 postes à l'APHP (Assistance Publique Hôpitaux de Paris), où les 37 établissements hospitaliers qui composent cette entité vont être réduits à 12 (!), il serait illusoire de penser que l'Institut Bergonié pourrait -on ne sait par quelle opération du Saint-Esprit- être épargné par l'entreprise de casse généralisée des services publics à laquelle nous assistons.

Si notre établissement -comme les 19 autres CLCC(un de moins déjà depuis cet été, et, comme nous l'avons appris récemment, un projet de fusion entre les CLCC d'Angers et de Nantes)- relève bien d'un statut particulier, son fonctionnement dépend entièrement des fonds publics, et à l'heure où le gouvernement entend diminuer ceux-ci de façon drastique à coups de fusions d'établissements et de suppressions de services et de postes sans précédent, on ne fera croire à personne que l'Institut Bergonié pourrait être à l'abri de la tempête.

Oui, des postes sont menacés, oui, des services seront vidés de leur substance, oui, des activités seront externalisées si nous ne réagissons pas! Et des accords comme celui de la GPEC ou du groupement d'employeurs, signés par FO et la CFE-CGC, sont des instruments de cette orientation.

Nos collègues de FO eux-mêmes, qui cherchent aujourd'hui à mettre en garde le personnel contre l'alarmisme dont ferait preuve la CGT en la matière, se faisaient l'écho il n'y a pas si longtemps -mais peut-être l'ont-ils oublié- des inquiétudes que nous formulons depuis des mois.

Ainsi le CE, à majorité FO, écrivait-il le 12 mars 2008 et remis à jour le 7mai 2008 : « les questions de rentabilité deviennent prégnantes. Les services sont organisés prioritairement suivant des objectifs de production quantifiés. L'arbitraire des tarifs GHS imposés par le ministère de la santé met en difficulté beaucoup d'établissements de soins (aujourd'hui 15 centres de lutte contre le Cancer sur 20 sont en déficit) et les amène progressivement sur les voix (sic) de la restructuration, du plan social et de l'externalisation. » (in site CE Bergonié – Politique santé)

Les préoccupations de FO rejoignaient alors les nôtres. Mais sans doute la Direction a-t-elle su apaiser les craintes de nos amis quant au maintien des activités et des emplois dans notre établissement. De notre côté, ce ne sont pas les récents accords mis sur la table par la Direction qui ont de quoi nous rassurer.

De deux choses l'une : ou bien FO ne craint pas de se contredire en prétendant tout et son contraire, ou bien ses « représentants » essaient d'endormir les salariés, discréditant au passage notre action en affirmant que nous suscitons des craintes infondées chez les salariés.

La CGT Bergonié, quant à elle, n'est pas dupe de ces manoeuvres qui discréditent l'action syndicale.

Nous n'avons d'autre ambition que de protéger autant que faire se peut tous ceux qui travaillent à la bonne marche de notre établissement et ne doivent pas être sacrifiés sur l'autel de la rentabilité.

 

PLUSIEURS MILLIERS DE MANIFESTANTS RASSEMBLES CONTRE LES ORDRES PROFESSIONNELS

 

De nombreux professionnels infirmiers, masseur-kinésithérapeutes, sage-femmes, salariés et libéraux, se sont rassemblés le 26 janvier dernier à l'appel de l'intersyndicale pour demander l'abrogation des ordres professionnels. Les manifestations qui se sont déroulées à Paris et dans huit grandes villes de France – la CGT Bergonié était présente à celle de Bordeaux- ont montré la détermination des professionnels concernés face à une instance qui multiplie les intimidations et les menaces afin que les récalcitrants rentrent dans le rang.

Rappelons qu'en l'absence de décret, toujours pas publié à ce jour, vous êtes en droit de refuser le paiement de la cotisation et le renvoi du dossier. L'intersyndicale étudie actuellement la suite à donner à la grève. Vous pouvez contacter les responsables de la CGT Bergonié pour toute information concernant ce problème.

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 14:41

Nous nous sommes engagés à vous communiquer l'utilisation des fonds qui nous ont été destinés par le biais des chèques syndicaux et des adhésions. Nous vous rappelons que nous avons récolté 1996,94 € par l'intermédiaire des chèques syndicaux, qui nous ont permis de payer les honoraires des avocats chargés de monter le dossier juridique étayant le droit d'opposition que nous avons formulé à trois reprises (perte des RTT et groupement d'employeurs), ainsi que les frais d'envoi avec AR des différents courriers adressés à la Direction et aux autres syndicats. (1313€ au total sans parler des frais de journaux que nous vous distribuons pour information ).

Pour que la CGT Bergonié continue à vous servir, n'hésitez pas à nous interpeller, à prendre contact avec nous. Toutes les catégories socioprofessionnelles sont les bienvenues. Rejoignez-nous afin de renforcer encore davantage l'action de la CGT à l'Institut pour la défense de tous les salariés!

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 15:33

 

DROIT DE REPONSE

 

Nous sommes régulièrement mis en cause par certains de nos « camarades » qui semblent avoir oublié que la fonction première d'un syndicat est la défense des salariés et non le jeu de massacre entre amis.

Que ce soit lors de conversations « bien intentionnées » ou dans une feuille de chou dont le seul intérêt est de montrer une certaine compétence dans l'utilisation du « copier-coller », ainsi qu'une propension à médire sans jamais nommer personne, la principale activité de ces prétendus syndicalistes semble être de dénigrer ceux qui ont vraiment à coeur l'intérêt des salariés.

Quelques exemples: « rumeur entretenue à grand renfort de publicité », « propagation de cette rumeur » (à propos de la « psychose des 7h30 »), « la non signature de cet accord aurait été irresponsable » (signifiant que ceux qui ont refusé de le signer le sont), « et non pas au domicile du patient » (à propos de la chimiothérapie ambulatoire, ce qui montre soit que ce que nous avons écrit n'a pas été compris, soit que nos propos ont été sciemment transformés)...

 

Nous pensons, quant à nous, que de telles polémiques sont une perte de temps bien inutile face aux enjeux que nous devons affronter, et que le but des syndicats n'est pas de se « tirer mutuellement dans les pattes ». Cela ne fait que le jeu de la Direction qui profite de la situation pour avancer ses pions en jouant sur certaines alliances. Mais face à des attaques répétées visant à discréditer notre action auprès des salariés, nous ne pouvons continuer à encaisser sans réagir.

Nous avons pour nous la légitimité de tous ceux qui nous ont fait suffisamment confiance pour nous permettre d'être le premier syndicat en terme de remise de chèques syndicaux (302 chèques, soit l'équivalent de 1994,24€). Vous savoir massivement à nos côtés nous a confortés dans l'action que nous avons menée contre les deux accords (l'un sur l'adhésion au groupement d'employeurs et l'autre sur la perte de 8 jours RTT) qui ne sont pas légalement applicables. Il est navrant de constater que chaque fois que la CGT agit pour la défense des salariés, elle est systématiquement accusée de vouloir déstabiliser l'Institut, ce qui ne serait pourtant dans l'intérêt de personne!

 

Nous ne souhaitons pas vous endormir avec des paroles lénifiantes mais vous inciter à la vigilance. Seule une mobilisation constante autour de la CGT nous permettra de préserver notre système de santé, nos emplois et nos droits sociaux.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 13:42

 

l'instauration de l'apartheid syndical au sein des CLCC

 

Avec l'agrément de la convention en 1999 était légalisée la ségrégation syndicale dans les CLCC. Cette ségrégation discrète et sournoise a pour but de favoriser certains syndicats au détriment des autres.

Comme on l'a vu au cours des longues années où a régné l'apartheid en Afrique du Sud, c'est en considérant une majorité comme de seconde zone qu'on l'exclut de toute décision importante.

Affaiblir les syndicats qui représentent certaines catégories socioprofessionnelles en leur accordant moins de moyens, c'est à cet objectif que répond l'instauration des chèques syndicaux.

Sa mise en place depuis cette date est un véritable camouflet infligé à certains syndicats. En effet, la valeur du chèque attribué à chaque salarié est fonction de sa position dans la grille de classification des emplois.

Ainsi les salariés figurant dans les positions 1 à 4 ne bénéficient que d'un chèque de 4 points MG

(1 point MG= 3,31 € ) alors que ceux occupant les positions 5 à 7 détiennent un chèque syndical d'une valeur de 6MG. C'est donc le personnel le moins qualifié qui par définition accorde sa confiance aux syndicats représentant et défendant ces catégories socioprofessionnelles qui est désavantagé par ce système et voit ses droits piétinés.

L'abandon progressif de certains secteurs au sein des CLCC tels la lingerie, l'entretien,la maintenance, les cuisines, la stérilisation,le secrétariat bref, tout ce qui est logistique, au profit de sociétés de sous-traitance ou de groupements d'employeurs que notre Direction souhaite voir installés à l'Institut, va déjà dans ce sens. Moins de salariés dans ces secteurs pour des syndicats moins représentés!

Le principe « un homme, une voix »! pour lequel tant de peuples se sont battus et se battent encore

est bafoué. C'est un recul inadmissible, un système inacceptable pour affaiblir le syndicalisme et museler les salariés

la transparence

Vous allez recevoir des chèques syndicaux avec votre bulletin de salaire de Mars; si vous le souhaitez vous pouvez les donner ou adresser à la section CGT de Bergonié.

Les chèques syndicaux que la CGT recevra de la part des salariés feront l'objet d'une comptabilité

rigoureuse.

Ils serviront à payer les honoraires d'avocats dans le cas où un salarié ferait appel à la CGT pour le

défendre .En effet avec la dérégulation du droit de travail, le non respect de la convention ou des accords signés , il y a et il y aura fatalement des situations qui ne pourront être résolues qu' auprès des tribunaux. Ces chèques serviront également à se procurer les documents nécessaires afin d'actualiser et d'approfondir les connaissances des membres du syndicat en matières de lois, de jurisprudence et de droit de travail.

 

ENFIN NOUS NE MANQUERONS PAS DE VOUS COMMUNIQUER DANS NOTRE JOURNAL LA DESTINATION DES SOMMES RECUES.

 

La permanence de la CGT se tiendra tous les mardis et jeudis de 13h à 14h au local syndical de cette section,à coté du CE . Un macaron CGT est apposé sur la porte. N° tel du bureau est 3233

 

les personnes que vous pouvez contacter pour n'importe q'elle information ou problème sont : N° TEL RICHARD MOLA 06 87 10 26 29 PATRICK RICO 06 66 28 07 75

FLORENCE LAGURGUE 06 86 96 41 80 CLAIRE GIBERT

SAID BAHOUM 05 56 92 74 65 BRUNO GAUNET

MICHEL PEYRAN

Adresse du blog CGT :cgtbergonie.over-blog.fr

 

Partager cet article
Repost0