Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 14:43

 

Aqua nous avons échappé
ou comment, sur le paquebot Bergonié - "que Dieu même ne pourrait couler" - le "Pacha" navigue à vue.

 

 

Parmi les projets grandioses sortis de la casquette de la Direction, figurait l'extension des bâtiments afin de permettre la construction de nouveaux blocs opératoires. Constatant l'impossibilité de monter un étage supplémentaire, une armada d'ingénieurs eut alors un coup de génie : procéder à l'élargissement du dernier étage. Nous aurions donc vu sortir de l'arsenal un véritable paquebot, dont la dernière partie aurait figuré le pont supérieur du Navire-Institut voguant impavide – triste t(r)opique – sur les eaux mouvementées de la lutte contre le Cancer. Un projet magnifique digne des ingénieurs navals les plus audacieux.

Las! Du fond de la cale, le sonar CGT alerta bientôt la passerelle : les fondations existantes seraient-elles suffisamment solides pour supporter un tel ajout, vu la nature instable du sous-sol et la présence d'une nappe phréatique par huit mètres de fond? Bref, le déplacement ne risquait-il pas de devenir par trop important, et le navire ainsi alourdi de finir par talonner, entraînant dans son naufrage le bâtiment tout entier?

De coûteux projets architecturaux, dignes des ingénieurs du Titanic, avaient bien entendu été réalisés avant d'être présentés à l'équipage. Un matelot CGT (Contrôleur des Grandes Tempêtes) émergeant de la dernière marche de l'échelle par le trou d'échappée, tira la corne de brume. Déboussolé, le gyrocompas en rade, le Pacha s'obstina pourtant, mettant en avant la fameuse technique révolutionnaire des "micro-pieux stabilisateurs". (Conf, compte rendu CE 17 Mars 2009)

Mais on apprenait, quelques mois plus tard, l'abandon pur et simple de ce qui était annoncé comme un grand chantier génial, par "défaut d'autorisation administrative".
Il se murmure dans les coursives que ce sauve-qui-peut serait plutôt imputable au principe de précaution sagement pris par l'État-Major. Dommage tout de même d'avoir gaspillé quelques précieuses dizaines de milliers d'euros qui auraient pu être affectés à la solde de l'équipage!

 

Partager cet article
Repost0

commentaires