Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 20:19

La Direction de l'Institut Bergonié a présenté ce projet de fusion au cours du Comité d'Entreprise du 7 juillet dernier 2015.

Elle a mis en avant la nécessaire réorganisation des services afin de « rester dans la course », de « garder notre part de marché » au milieu des autres établissements qui nous entourent, et de continuer à attirer la « patientèle ». On notera au passage l'utilisation de ces termes directement issus du Marché et de sa logique de concurrence. Selon la Direction, l'époque de « l'invulnérabilité » des salariés, du sentiment que rien ne peut leur arriver, est bel et bien révolue. Afin de se préparer à la fusion annoncée, il faut optimiser le management et réaliser de substantielles économies. Voilà l'occasion rêvée pour la Direction de faire le forcing dans sa stratégie d'attaque en règle contre les droits des salariés, le blocage des salaires ne lui suffisant pas. Parmi les projets, la casse des roulements du département chirurgie, la remise en cause de l'organisation de l'hôpital de jour et ses conséquences sur de nombreux services, notamment la pharmacie et le service des courses...

Les élus CGT ont défendu notre établissement en arguant que l'organisation des services était optimale, que notre activité à personnel pratiquement constant n'a cessé d'augmenter depuis plusieurs années, permettant à notre budget de passer de 61 millions d'euros en 2007 à 103 millions d'euros en 2015, et que le travail de l'ensemble des salariés a été reconnu par les autorités sanitaires par le biais des accréditations et des labels qu'elles ont décernés à l'Institut et de l'efficience qu'elles lui reconnaissent.

Dans ces conditions, la CGT Bergonié s'insurge contre les orientations annoncées par la Direction et entend bien défendre leurs droits légitimes et bien mérités (RTT et autres).

Partager cet article
Repost0

commentaires