Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour nous contacter

Saïd Bahoum - 05 56 92 74 65

Recherche

5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 22:04

 

Le 29 novembre dernier a eu lieu une nouvelle démonstration de la bonne technique du lavage des mimines. Cette opération s’est effectuée, cette fois, dans le hall des accueils avec diverses autres activités ludiques et photographiques dignes d’une réunion de patronage..

La démarche, bien que louable, paraît pour le moins contestable dans sa forme

 

La lutte contre les maladies nosocomiales est bien évidemment primordiale au regard des multi-résistances acquises par les germes pathogènes, mais était-il souhaitable de promouvoir ce genre d’activité dans un tel lieu ? Les patients venant pour une hospitalisation, et qui transportent bien d’autres soucis dans leur petite valise, n’auraient pas dû subir cette débauche d’exubérance et de commentaires au sujet de la propreté perfectible du personnel censé les soigner. Certains propos péjoratifs, tenus par des patients gênés dans leurs démarches d’admission, nous ont été rapportés. La cerise sur le gâteau, sur la madeleine pour être tout à fait dans le contexte, aura été cette partie de « trivial-poursuite » ciblée sur l’hygiène et cette séance de photos promotionnelles de la solution hydro-alcoolique pour lesquelles s’est prêté de bonne grâce notre cher Ponce Pilate DRH.

 

Si l'on ne peut contester tout ce qui contribue à l’amélioration des conditions d’hygiène à l’Institut, la méthode est certainement insidieuse et apparaît un peu comme une forme de racolage à l’instar du bulletin du CE.

 

Nous dénonçons cette pratique qui laisse sur le bord de la route l’essentiel : la qualité des soins prodigués par du personnel motivé car bien dans son travail et son environnement. Du personnel qui n’a pas peur du lendemain et qui sait qu’il travaillera dans l’avenir dans les mêmes conditions favorables qu’il a eu tant de mal à obtenir au fil des années.

 

Alors, lavons-nous bien les mains, mais n’oublions pas que nous marchons sur une planche savonnée en ce moment, et qu’il est judicieux d’être très vigilant sur le fondamental, tout ce qui s’effiloche à l’Institut et qui risque, à terme, de ne plus nous rendre crédibles auprès des patients.

Partager cet article
Repost0

commentaires